Métier : localisateur de jeux vidéo

Nathalie travaille au service traduction de La Marque rose, une agence spécialisée dans le doublage et l’adaptation de jeux vidéo étrangers avant leur commercialisation sur le marché français. Un métier pour lequel les langues sont indispensables !

Jongler avec les jeux

La mission de Nathalie : traduire tous les dialogues de l’anglais vers le français, sa langue maternelle. La bande-son du jeu vidéo lui arrive sous la forme d’un gros fichier Excel. De 10 000 à 80 000 mots qui l’occuperont des mois durant. « Nous nous répartissons le travail avec mes trois collègues. Nous avons toujours trois à cinq jeux à traduire en même temps », précise-t-elle. Les mois précédant Noël, période de « haute saison », Nathalie fait appel à une équipe de traducteurs free-lance. Idem lorsque les délais sont trop courts.

Pas de temps à perdre !

La jeune femme intervient pendant le développement du jeu, 6 à 10 mois avant sa sortie, sur une version non définitive. « Le studio peut décider d’ajouter ou de couper une scène, ce qui modifie le script. » Aucun retard n’est possible, d’autant qu’elle doit passer la main à d’autres intervenants. Comme par exemple les adaptateurs chargés de faire coller les textes aux lèvres des personnages, et le service doublage qui fait enregistrer les comédiens. « Il y a parfois des retours, une traduction qui ne passe pas, qui sonne mal. Je dois opérer des changements en vitesse. »

Au-delà de la bande-son

Nathalie traduit également le « on screen text » (toutes les instructions figurant à l’écran), ainsi que les éléments marketing accompagnant le lancement du jeu : bandes- annonces, communiqués de presse, publicités… « J’aime cette variété », explique la jeune femme, qui explore toutes sortes d’univers : combats dans l’espace, de chevaliers, de pirates… « À chacun correspond un champ lexical. Il faut trouver le mot juste. »

Ça recrute ?

Le marché des joueurs étant en constante progression dans l’Hexagone, les studios font traduire de plus en plus de jeux étrangers, de l’anglais vers le français. Néanmoins, les localisateurs travaillent le plus souvent en free-lance.

En savoir plus

Retrouvez ce métier et bien d’autres dans le guide Les métiers des langues et de l’international, collection Parcours Onisep, sur la librairie en ligne :

http://librairie.onisep.fr/Collections/Grand-public/Parcours/Les-metiers-des-langues-et-de-l-international

Ce Parcours est aussi disponible au CDI du lycée et dans les centres d’information et d’orientation.

La collection Parcours de l’Onisep informe sur les métiers et leurs environnements

http://librairie.onisep.fr/Collections/Grand-public/Parcours

J’aime les langues ! http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/Des-metiers-selon-mes-gouts/J-aime-les-langues

Quels métiers pour les littéraires ? http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers/10-metiers-pour/Quels-metiers-pour-les-litteraires

, ,